Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 15:29

J'ai terminé ce livre récemment. Je l'avais commencé, puis abandonné très vite pour cause d'incompatibilité de style entre l'auteur et moi.

 Urgence de la situation traduite par des phrases longues, immensément longues, ponctuation haletante avec accumulations de virgules, je me sentais à bout de souffle au bout de trois pages. J'ai jeté l'éponge. ( d'après ce que j'ai pu en lire, le précédent livre de l'auteur Naissance d'un pont est à peu près identique, il me semble.)

 

Puis, je l'ai repris. Le style était toujours là. Mais j'y étais préparée. S'il me choquait toujours, il me choquait moins. Et au bout de la troisième page, j'ai été emportée par ce rythme particulier, différent du mien. J'ai cessé de lutter et j'ai suivi le mouvement. 

Ce bouquin m'a épatée. 

 

Je ne sais pas grand chose de Maylis de Kerangal mais elle est d'une précision technique quasi chirurgicale! Elle sait, je pense- moi je ne connais rien sur le sujet, de quoi elle parle. 

On suit pendant 24 heures la vie d'un coeur, de la mort à la greffe. De Simon à Claire. Tout est précis, détaillé, incisif.

Du chagrin désespéré des parents  à la culpabilité du receveur.

J'ai lu ce roman au moment où je retrouvais un ancien exemplaire du magazine Sciences humaines. Mon attention avait été retenue par un article sur la controverse à propos de dons d'organes. 

 

Dans cet article, en bref, on traitait du problème "éthique" de déclarer la mort non plus par arrêt du coeur, mais par arrêt des fonctions cérébrales ( bouleversement médical qui correspond, si je m'en souviens bien à la naissance du médecin qui constate les lésions irréversibles du jeune Simon). On réduit ainsi l'être humain à sa conscience. Celui que l'on a connu n'est  plus et ne sera plus jamais. Il n'est plus qu'un corps dépendant de machines. Mais avec un coeur qui bat, une poitrine qui se gonfle et s'abaisse, une peau rose et chaude ( dernière image de mon grand-père... souvenir de jeune fille, j'avais 17 ans). Vivant mais déjà mort. 

 

Il y aurait plein de choses encore à dire sur ce livre, dont la jolie façon dont l'auteur introduit les nombreux personnages, les détails qu'elle livre  sur leur vie personnelle ( le chardonneret, la dynastie de chirurgiens, les pizzas qui dégoulinent....)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cat
  • Le blog de Cat
  • : Tribulations sentimenthe-à-l'eau- rocambolesques post-divorce d'une quadragénaire.... ou mes amis, mes amours, mes emmerdes ( Merci Charles!)
  • Contact

Recherche

Liens