Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 19:57

Et hop! Une dizaine en moins! Ce qui en fait deux de perdues depuis environ 15 mois. 

Du coup.... me voilà débarrassée des kilos de tristesse laissés par par cette saleté de rupture de 2014 ( vous savez, celle où j'en avais marre d'être la troisième roue d'un tandem marital). 

Une façon de faire le deuil? 

Repost 0
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 19:27

Najat Vallaud Belkacem a écrit une autobiographie et l'a intitulée 

"La vie a plus d'imagination que toi". Oui. Soit. Certes. 

 

Je tiens à signaler que c'est une presque mienne expression, figurant sur ce blog à l'article Speechless du 12 septembre 2012, dont voici d'ailleurs le lien 

http://trois-petits-tours-et-puis.over-blog.com/search/speechless/

C'est à moi!!!! C'est ma formule ( magique!).. rends-la moi!!!

 

Parmi les quelques lecteurs qui s'attardent sur mes pages, il y aurait donc ma ministre de tutelle! Fichtre! Je vous l'avais bien dit, on n'est qu'à cinq personnes du monde entier. Max! Là, c'est carrément du direct. 

Bon, en ce qui concerne les idées de cette femme pour l'Education nationale, je décline toute responsabilité! Jamais je n'aurais imaginé un quart de ce qu'elle a mis en place avec ses réformes! Là, pour le coup, c'est elle qui a plus d'imagination que moi!

 

Repost 0
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 22:13

J'en perds! Pourvu que je ne le retrouve pas si vite. Je suis à géométrie variable....Cette géométrie-là, je la préfère dans la réduction. 

Ce que je préfère encore plus, c'est quand on le remarque. Ca commence à se voir. Et c'est une sensation délicieuse que de s'en rendre compte et surtout de se le faire remarquer. 

 

Pour l'instant, cela ne me coûte aucun effort ( tu penses, entre le théâtre, une inspection qui me pend au nez, un achat d'appartement, les travaux et le déménagement qui en découle..... le chocolat n'a pas le temps de me manquer!).. 

 

Pourvu que ça dure!    

Repost 0
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 17:29

Qu'on le veuille ou non, qu'on l'espère ( chouette) , qu'on le redoute ( aïe), tout finit toujours par arriver. 

On pourrait épiloguer ad libitum sur la loi de Murphy et de l'emmerdement maximum, sur ce satané Bauchgefühl allemand qui fait clignoter sur le radar des points lumineux que l'on ne perçoit même pas encore dans la réalité, sur ce flair animal qui nous fait piger à la vitesse de l'éclair qu'il y a une couille dans le potage....

Repost 0
Published by Cat
commenter cet article
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 13:09

Je suis bancale.  Quiconque me connaît ne pourra que confirmer. Y a un truc qui coince chez moi. Je l'ai déjà dit sur ces pages: je ne suis pas taillée pour m'adapter facilement aux bouleversements qui émaillent toute vie. Là où certains se lovent avec délices dans les méandres du chemins, les épousent, voire les devancent, moi, je résiste, je craque, je me tords, je me contorsionne,  je suis contrainte, je pleure beaucoup, puis enfin, ENFIN, je me laisse faire! 

 

Cro-Magnon aurait été comme moi, pfffuiiittt, pas d'adaptation= pas d'humanité! 

 

PS Marylin Monroe avait trouvé le truc pour mettre les sens de ces messieurs en émoi! Elle sciait, la coquine, un peu de talon à l'une de ses chaussures et cela lui donnait une démarche chaloupée aguicheuse à souhait. Tout n'est pas perdu pour les bancales! Réjouissons-nous!

Repost 0
Published by Cat
commenter cet article
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 10:45

Je viens de rejoindre la cohorte des propriétaires..Passage à l'âge adulte?  

Repost 0
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 23:04

Il y a un fait très bizarre... J'ai cherché pendant  près d'un an un appartement à acheter. J'ai trouvé en août dernier l'endroit où poser mes valises et je n'en ai pas parlé sur ces pages. 

Sur ce blog, qui est un journal "intime", je n'ai pas parlé de la grande affaire de l'année. De la difficulté de choisir ( tout choix est un renoncement). 

Je vais déménager. Dans un mois demain, pile poil, je sors de l'appartement qui m'a recueillie quand j'ai quitté le cocon bien douillet de la vie maritale ( par aventure secrétairesque interposée....). J'ai mis du temps à m'y sentir chez moi. A m'y sentir à l'abri... 

J'ai peur maintenant que j'ai tout à recommencer. 

 

Attention, je suis reconnaissante de pouvoir enfin tourner la clé dans MA serrure. De choisir la couleur de MES murs, de MON parquet. D'investir dans les meubles de MA salle de bain. Je ne remercierais jamais assez ceux qui ont rendu cela possible. Mais purée, j'ai une trouille dingue...

J'ai longtemps pensé que l'achat d'un chez-soi était une affaire de couple.  Le projet d'une vie à deux. C'est maintenant le projet de ma vie à moi. Sur le point de se réaliser. 

 

La peur est incontournable. Mais peut-être qu'elle peut aussi faire partie du plaisir. Celui de voir que j'y arrive. Une fois de plus. 

Repost 0
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 20:11

Je suis passée chez ma  soeur et j'ai emprunté des vidéos. Mes samedis soirs ne sont pas particulièrement dansants, mes vendredis non plus, il faut donc occuper la bête et, tant qu'à faire, passer quelques moments sympas, en oubliant mes travers habituels et me vider la tête. 

 

C'est ainsi que j'ai revu L'abominable vérité et Ce que pensent les hommes. 

Bon. ce sont des films. Inscrits dans la logique Happy ending.  Faits pour  le box office. Pour rapporter du pognon! Pour forcer de pauvres hommes à accompagner leur copine au cinoche regarder ce que l'on appelle Film de filles et qui fait fuir n'importe quel amoureux!    

Mais, mais, mais.... Ils m'ont fait sourire. Rire. 

 

En ce qui me concerne, je ne discute plus de mes histoires d'amour avec des copines. Une copine est une fille. Comme moi. Elle va donc voir la situation comme je la vois. Penser comme moi. Ou me servir les mots que j'espère entendre. 

Moi, je préfère discuter ( encore que le présent n'est pas de mise actuellement) avec mes copains hommes; OK, ils sont bruts de décoffrage parfois. Mais on y gagne un temps précieux à ne pas se triturer les méninges. On évite aussi de se dire que le mec en face est un salaud sans coeur quand il ne nous donne pas ce que l'on attend.

 

On  perd peut-être ses illusions, d'accord. Mais on gagne du temps, précieux, on n'a pas mal... on ne  se monte plus la mayonnaise toute seule dans son coin. L'Homme a perdu un peu de son mystère, certes. Mais il n'en reste pas moins un spécimen diablement intéressant à étudier. 

Repost 0
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 19:11

J'ai déjà parlé dans ces pages, mais il y a fort fort longtemps d'un psy, prof à Stanford, qui écrit des bouquins mêlant philosophie ( mais très accessible à la commune des mortelles que je suis...pas la philo jargonnante où je me noie à la fin de la première ligne) et expériences tirées de sa pratique de thérapeute. 

J'ai acheté son dernier opus, Le jardin d'Epicure ( en poche, parce que mon budget lecture n'est pas toujours conséquent....il faut choisir....jolie robe ou bouquins) et je vous le conseille vivement. Il aborde le thème très général de la peur de la mort ( Qui n'a pas la trouille de mourir parmi vous? Levez le doigt!)

Il utilise donc des concepts ou des auteurs philosophiques pour éclairer ses patients et permettre ainsi, en les confrontant aux grands textes, de dépasser leurs peurs, la peur de la mort étant généralement la peur de mourir avant d'avoir vécu sa vie. Avant d'avoir bien vécu sa vie.  A coups d'aphorismes nietzschéens, faciles à comprendre, faciles à garder en mémoire et à faire siens, il nous engage à réfléchir et à traverser ce questionnement, très humain. 

Je vous souhaite à tous, proches ou inconnus qui vous égarez sur mes pages ( plutôt clairsemées actuellement) de vivre une belle et bonne vie, pour 2017 et toutes les années à venir.  A devenir ce que vous êtes. 

Post scriptum

 

Voici un paragraphe que j'ai trouvé très éclairant ( parmi d'autres). 

 

Les adultes qui sont poursuivis par l'angoisse de mort ne sont pas des originaux touchés par une maladie bizarre, mais des homme s et des femmes dont la famille et la culture ne sont pas parvenus à tisser l'étoffe protectrice capable de les aider à supporter le souffle glacé de la mortalité. Il est possible qu'ils aient été exposés trop souvent à la mort dans leur jeune âge; ils n'ont peut-être pas connu un foyer aimant, sûr et protecteur; ce sont peut-être des individus plongés dans l'isolement, qui n'ont jamais partagé leurs inquiétudes sur la mort; ou des êtres hypersensibles, particulièrement conscients d'eux-mêmes, qui ont rejeté le confort des mythes religieux basés sur le déni de la mort que leur offre leur culture.

 

Page 131, édition du Livre de poche. 

 

 

Ok, pour un samedi soir, ça  peut paraître rude. Mais comprendre pourquoi ( ou comprendre pourquoi peut-être) on chemine constamment avec la mort à ses côtés, c'est déjà un soulagement. 

 

PS: dans son livre, Yalom nomme la mort Monsieur Mort. Pour moi, elle a toujours été un personnage féminin. 

Repost 0
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 22:04

Poulette et moi avions ce soir grand besoin de nous détendre. Nous voilà parties aux thermes allemands non loin de chez nous. 

 

Sur la porte de l'établissement, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir, entre autres pannonceaux interdisant les appareils technologiques, la bouffe et autres boissons ou  le port de maillots non conventionnels, un petit dessin montrant deux paires de pieds humains l'une sur l'autre  ( mais une appartenant à une personne couchée sur le dos et l'autre;...hum hum, au-dessus!) - PS j'ai cherché le dessin mais il est introuvable sur le net....J'ai cru mal voir. Je demande à Poulette ce qu'elle comprend à cette image. Elle me regarde d'un air navré:

Ben, enfin, maman, c'est clair, non? 

 

J'avais donc bien compris. Il est interdit de s'envoyer en l'air dans les thermes de Bad Krozingen! Il m'apparait complètement dingue de penser que certains puissent le faire!

Déjà, qu'on soit obligé de le préciser  l'entrée me dit que d'autres ne pensent pas comme moi. Et là, ma fille me dit qu'elle a déjà vu des nageurs faire des galipettes dans le bassin de notre piscine municipale. 

Alors, là, je tombe des nues. La piscine municipale est bien le dernier endroit où il me viendrait à l'esprit de tenter un rapprochement quelconque! L'eau est froide, la lumière peu flatteuse, les couleurs un peu glauque, ça résonne, il y a du bruit....le maillot colle..;Pouark! 

 

Non, mais... certains sont vraiment des bêtes!

 

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Cat
  • Le blog de Cat
  • : Tribulations sentimenthe-à-l'eau- rocambolesques post-divorce d'une quadragénaire.... ou mes amis, mes amours, mes emmerdes ( Merci Charles!)
  • Contact

Recherche

Liens