Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 19:11

J'ai déjà parlé dans ces pages, mais il y a fort fort longtemps d'un psy, prof à Stanford, qui écrit des bouquins mêlant philosophie ( mais très accessible à la commune des mortelles que je suis...pas la philo jargonnante où je me noie à la fin de la première ligne) et expériences tirées de sa pratique de thérapeute. 

J'ai acheté son dernier opus, Le jardin d'Epicure ( en poche, parce que mon budget lecture n'est pas toujours conséquent....il faut choisir....jolie robe ou bouquins) et je vous le conseille vivement. Il aborde le thème très général de la peur de la mort ( Qui n'a pas la trouille de mourir parmi vous? Levez le doigt!)

Il utilise donc des concepts ou des auteurs philosophiques pour éclairer ses patients et permettre ainsi, en les confrontant aux grands textes, de dépasser leurs peurs, la peur de la mort étant généralement la peur de mourir avant d'avoir vécu sa vie. Avant d'avoir bien vécu sa vie.  A coups d'aphorismes nietzschéens, faciles à comprendre, faciles à garder en mémoire et à faire siens, il nous engage à réfléchir et à traverser ce questionnement, très humain. 

Je vous souhaite à tous, proches ou inconnus qui vous égarez sur mes pages ( plutôt clairsemées actuellement) de vivre une belle et bonne vie, pour 2017 et toutes les années à venir.  A devenir ce que vous êtes. 

Post scriptum

 

Voici un paragraphe que j'ai trouvé très éclairant ( parmi d'autres). 

 

Les adultes qui sont poursuivis par l'angoisse de mort ne sont pas des originaux touchés par une maladie bizarre, mais des homme s et des femmes dont la famille et la culture ne sont pas parvenus à tisser l'étoffe protectrice capable de les aider à supporter le souffle glacé de la mortalité. Il est possible qu'ils aient été exposés trop souvent à la mort dans leur jeune âge; ils n'ont peut-être pas connu un foyer aimant, sûr et protecteur; ce sont peut-être des individus plongés dans l'isolement, qui n'ont jamais partagé leurs inquiétudes sur la mort; ou des êtres hypersensibles, particulièrement conscients d'eux-mêmes, qui ont rejeté le confort des mythes religieux basés sur le déni de la mort que leur offre leur culture.

 

Page 131, édition du Livre de poche. 

 

 

Ok, pour un samedi soir, ça  peut paraître rude. Mais comprendre pourquoi ( ou comprendre pourquoi peut-être) on chemine constamment avec la mort à ses côtés, c'est déjà un soulagement. 

 

PS: dans son livre, Yalom nomme la mort Monsieur Mort. Pour moi, elle a toujours été un personnage féminin. 

Repost 0
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 22:04

Poulette et moi avions ce soir grand besoin de nous détendre. Nous voilà parties aux thermes allemands non loin de chez nous. 

 

Sur la porte de l'établissement, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir, entre autres pannonceaux interdisant les appareils technologiques, la bouffe et autres boissons ou  le port de maillots non conventionnels, un petit dessin montrant deux paires de pieds humains l'une sur l'autre  ( mais une appartenant à une personne couchée sur le dos et l'autre;...hum hum, au-dessus!) - PS j'ai cherché le dessin mais il est introuvable sur le net....J'ai cru mal voir. Je demande à Poulette ce qu'elle comprend à cette image. Elle me regarde d'un air navré:

Ben, enfin, maman, c'est clair, non? 

 

J'avais donc bien compris. Il est interdit de s'envoyer en l'air dans les thermes de Bad Krozingen! Il m'apparait complètement dingue de penser que certains puissent le faire!

Déjà, qu'on soit obligé de le préciser  l'entrée me dit que d'autres ne pensent pas comme moi. Et là, ma fille me dit qu'elle a déjà vu des nageurs faire des galipettes dans le bassin de notre piscine municipale. 

Alors, là, je tombe des nues. La piscine municipale est bien le dernier endroit où il me viendrait à l'esprit de tenter un rapprochement quelconque! L'eau est froide, la lumière peu flatteuse, les couleurs un peu glauque, ça résonne, il y a du bruit....le maillot colle..;Pouark! 

 

Non, mais... certains sont vraiment des bêtes!

 

 

 

 

 

Repost 0
5 novembre 2016 6 05 /11 /novembre /2016 08:56

J'ai attaqué ce matin très très fort en bougeant mon lave-linge mort au champs d'honneur. On m'en livre un autre ce matin, du coup, j'avais tout débarrassé déjà jeudi soir ( colonne de salle de bain énorme, bibliothèque dans le couloir qui allait gêner le passage et comme hier était une journée très longue, il fallait bien que je m’avanças! ). Ce matin, j'ai bougé la bête morte et découvert un champs d'horreur sédimenté. Les voisins ont dû être heureux de m'entendre m'agiter dès potron-minet en frottant le sol et la tuyauterie.

Imaginez-vous la quantité de questions qui a traversé ma petite tête lors de ce travail rebutant? Robinet d'arrivée d'eau à fermer ou non? Il a l'air coincé, si je force un peu va-t-il me claquer entre les doigts? Sont-ce les livreurs qui vont le faire ou vont-ils me planter  là, avec mon nouveau lave-linge et démerdassek? Dois-je garder le tuyau d'arrivée d'eau?

J'ai vite eu la réponse à la première question en dévissant le tuyau d'arrivée d'eau! Oui, de la flotte coule. Avec pression.

Regardons le robinet de plus près. Il me semble ouvert au max. Je tourne donc et je tente. Miracle, il  n’est pas  bloqué, j'arrive à le fermer en douceur.

Je t'épargne les détails suivants, ils sont strictement sans intérêt.

 

Je trouve le travail manuel sans équivalent pour la réflexion: ou si, peut-être la transe hypnotique. Quand je bricole, je nettoie, je peins, je range, nombre fulgurances traversent mon esprit enfin libéré de ses cogitations hamsteresques(  vous savez bien,  comme le rongeur, dans sa roue, qui tourne, tourne, reste sur place et a l'impression de ne faire que ça.....) et j'en apprends plus sur moi-même lors d'une de ses séances (bénéfiques sur le plan matériel en plus!) que lors d'un coûteux entretien avec un psytruc * ( entretien, tieeeeeens, le mot est bien choisi): il y a longtemps que je sais que la peur de manquer ( la fameuse PDM - c'est ainsi que je nomme affectueusement cette saloperie qui me bouffe la vie depuis 44 ans maintenant) régit mes actes, mes pensées, mes croyances. Que je passe ma vie à me préparer à des catastrophes qui ne m'arriveront probablement jamais.

Sans penser qu'une catastrophe, c'est précisément un truc qu'on ne peut pas gérer! Sinon, ce n'est pas une catastrophe. C'est un ennui, une contrariété, un emmerdement, une dépense imprévue et qui va grever votre budget, etc....

 

 Attention, je ne dis pas que les catastrophes n'existent pas. Je dis qu'elles sont heureusement rares. Perdre un être très cher dans des circonstances dramatiques, c'est une catastrophe!

D'ailleurs, j'ai cherché dans le Larousse. Rien de mieux qu'une définition précise pour savoir de quoi on parle.

D'où: 

  • Événement qui cause de graves bouleversements, des morts : Le sang-froid du pilote a évité la catastrophe.
  • Accident jugé grave par la personne qui en subit les conséquences : Le départ de Pierre est une catastrophe pour elle.
  • Événement décisif qui amène le dénouement de la tragédie classique

Ma vie n'ayant rien d'une tragédie classique ( quoique....) j'ai été percutée de plein fouet par le second sens du mot: Jugé grave par la personne qui en subit les conséquences!

Voilà! Dans la mesure où je me fais l'effet d'être une pauvre petite chose sans défense incapable de supporter le poids de la vie, tout m'apparaît insurmontable. Alors que je sais très bien me débrouiller ( c'est même un qualificatif qui est venu plusieurs fois dans la bouche de gens qui me connaissent). Je suis même spécialement débrouillarde - en toute objectivité.
Et comme j'applique la maxime de mon cher directeur: " Aide-toi et le ciel t'aidera"... je ne suis pas près d'être prise au dépourvu.

Alors, tant pis si j'ennuie un peu mes " personnes-ressources" en leur demandant  une aide hypothétique..

Tant pis.si le père de ma fille ne trouve pas le moyen de me répondre quand je lui demande une aide informatique, Google is my best friend! Et à moi la solution!

Après tout,  la vie est une somme d'emmerdements ( cf. loi de Murphy dite de l'emmerdement maximum ou de la tartine qui s'étale du côté beurré..): passer sa vie à se protéger de la vie, ce n'est pas une vie!

 

 

* Je ne parle pas de ma thérapeute, qui , elle m'a toujours été d'une aide précieuse!!!!! Je vous donne ses coordonnées, si vous le voulez. 

 

Repost 0
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 05:25

C'est curieux. Je viens de commencer ce livre ( offert par une collègue qui me connaît décidément bien).

Et dans ma vie personnelle, une question se pose avec de plus en plus d'acuité.

A quoi ça sert de parler finalement?

A quoi ça peut servir de s'ouvrir à l'autre, quand on a des soucis, des questions, des problèmes?

Ce n'est d'ailleurs presque plus une question. Ce n'est plus rien que le constat déprimant d'une inutilité désespérante. Et d'une solitude effrayante. Mais qui n’est pas une remise en question des gens qui m'entourent, entendons-nous bien.

Repost 0
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 04:53

Et si on passait à une garde alternée?

Je comprends qu'un papa puisse avoir envie de passer du temps avec son enfant. Je trouve ça même rassurant.

Je tiens à rassurer le lecteur ( s'il y en a un qui s'attarde ici). Ma fille voit son père très régulièrement.

Sur 14 jours, elle en passe 6 avec son père, 8 avec moi. On n'est pas loin d'une garde alternée, me direz-vous. Mais on regrouperait le tout= ce que nous nommerons Garde alternée par la suite. Elle continuerait de déjeuner chez moi. Elle continuerait de passer son mercredi aprèm chez moi et je l'emmènerais au piano.

Là où je commence à trouver tout ça compliqué, c'est que cela soulève une foule de questions pratiques. Elles se poseront rapidement. Il faudra leur trouver une solution. Les déplacements de ma Poulette, par exemple..

Alors, c'est vrai que pour faire passer la Motion "Garde alternée", on peut ne voir que les aspects positifs. " Ouais, tu comprendras nos codes" " Ouais, on passera plus de temps ensemble". Why not, mais dans ce qui a déjà été " pas fait", il y aurait des trucs à dire sur des soirées manquées avec elle pour cause de concerts, de rallye automobile avec le boulot, de jeux de badminton ou d'émission L'amour est dans le pré ( ????????Je vous le demande!)

Là où j’ai franchement du mal, c'est quand la Garde alternée n’est plus une question que nous réglons en "couple parental" en mettant notre fille au centre des préoccupations, mais où la pièce rapportée se mêle de tout ( vous savez, cette pièce rapportée qui vous descend en flammes devant votre fille et clame qu'elle est " une mère teeeeellement plus cool que" vous- pauvre grognasse sévère qui veillez à la scolarité de votre fille comme le lait sur le feu!).

Etre maman, c'est toute ma vie ( pour l'instant!). J'ai construit toute ma vie dans l'optique d'être maman. j'ai choisi un métier dont les rythmes colleraient précisément à ceux de ma progéniture. Tous les choix faits ou à faire ont été ou sont dictés par la "Maternité". Parce que je suis comme ça. Parce que je me suis construite comme ça ( avec les fondations que j'ai, pour ceux qui me connaissent). Parce qu'il me semble dingue, quand on est séparée, d'avoir des jours entiers , des semaines entières où je ne vois pas ma fille.

Ma fille va avoir 14 ans: il sera bien temps quand elle fera ses études( elle passe en 3e, ça se rapproche de plus en plus) de m'occuper plus de moi. [ je n'ai pas spécialement envie de prendre de l'avance, je veux être là pour tout.

Point positif, si on peut dire: ma fille m'ouvrira à une culture Populo. Touche pas à mon poste, Frero de la Véga, L'amour est dans le pré, donc. Je comprendrai sans doute un peu plus le monde qui m'entoure. Pas sûr que j'y gagne.

Repost 0
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 22:04

J'ai un réveil poilu, griffu, très bruyant et bien trop matinal à mon goût. Impossible de trouver la touche muet, impossible de le régler à une heure décente....Je le ficherais bien par la fenêtre...mais ça ne se fait pas.

Repost 0
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 21:59

On m'a récemment offert le dernier album de Benjamin Biolay Palermo Hollywood. Je recommande. Chaudement!

Dire qu'il y a encore un an ou deux, je me moquais de lui et de ses textes. Une chaise à Tokyo, Pas besoin de permis ( la vie c'est comme un tractopelle!!!) non mais franchement, je vous le demande!

Et soudain, en réécoutant jusqu'à la nausée Les séparés, j'ai craqué pour sa voix que je trouve à tomber.

Benjamin ( ici, je peux t'appeler Benjamin), je te présente mes excuses les plus plates pour t'avoir si injustement condamné.

Repost 0
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 17:29
Mon chatounou

Crumble sur canapé, Crumboule pour les intimes( c'est le tour de taille qui veut ça, si, si )!

Repost 0
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 19:03

Parfois, il faut savoir faire confiance à la vie. Ne pas forcément se dire que tout est foutu, que l'occasion ne se représentera plus jamais. Il faut sortir des schémas qui nous guident toujours dans le même sens. Se dire que notre bonne étoile brille. Saupoudrer ses jours d'une bonne pincée louche d'optimisme.

Ce soir, je mets en pratique. Je respire calmement, profondément. Inch Allah!

Comme on dit,il est urgent d'attendre, de ne pas bouger une oreille. Et si ça ne se fait pas, ben tant pis.

Comme dit ma copine Cat: Ce qui doit arriver arrivera, quels que soient tes efforts pour l'éviter. Ce qui ne doit pas arriver n’arrivera pas, quels que soient tes efforts pour l'obtenir.

Au pire, se rappeler de la maxime de tout joueur de poker: il faut savoir se coucher( oui, même avec une paire d'as!).

Repost 0
10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 22:28

.Après l'italien, je me mettrais bien à l'espagnol....

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Cat
  • Le blog de Cat
  • : Tribulations sentimenthe-à-l'eau- rocambolesques post-divorce d'une quadragénaire.... ou mes amis, mes amours, mes emmerdes ( Merci Charles!)
  • Contact

Recherche

Liens